Baume au cœur – Vos commentaires

Vos avis à propos de ma nouvelle Baume au cœur, de ce quatrième numéro de L’Indé Panda et du recueil Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue !

 

Du côté de L’Indé Panda :

Les chroniques de blog

Je recommande chaudement, pour Léona de La Bibli de Léona.

Retour à notre époque avec Baume au coeur par Iléana Métivier. Le temps d’un voyage en bus, cette auteure, très ancrée dans le présent, s’attaque au harcèlement de rue d’un point de vue insolite. Une nouvelle engagée qui se garde de tous jugements, pour mettre en avant une solution aussi simple que logique.

En bref, un récit optimiste qui incite à la remise en question.

Focus sur…, pour Aurélie de Des Livres Et Moi.

Espoir, pour Mel’lectures.

L’Indé Panda #4, pour Notre amour pour la lecture.

Tendresse, pour Mylène de Ma boîte de Pandore.

 

Amazon

C’est mon deuxième Indépanda lu, et je le trouve assez inégal, mais toujours pas davantage que la plupart des anthos « professionnelles » et payantes. Celui-ci a tendance à aborder, directement ou indirectement, des sujets de société souvent peu évoqués en littérature, et c’est pas de refus, ma foi.
– « Möbius » de Khalysta Farall : pas mal cette histoire de persécution répétée de vie en vie, de réincarnation en réincarnation, mais le problème, c’est qu’on voit venir la fin dès les premières pages.
– « Le sourieur » de Valéry Bonneau : une chouette histoire, émouvante et vraie, derrière laquelle on sent le vécu d’un arpenteur de métro habitué à observer ses congénères.
– « Les androïdes fantasment-ils d’orgasmes électriques ? » de Bouffanges : j’ai adoré. Probablement la meilleure de l’antho. Cette nouvelle a réussi à me faire tolérer une scène pornographique alors que je déteste ça… Les arguments marketing en italique sont à mourir de rire. Excellent texte pour rire et réfléchir à la fois.
– « La Princesse P.125″… : à oublier.
– « Baume au cœur » : texte très actuel sur le harcèlement dans l’espace public (en l’occurrence un bus).
– « Fleur des pois, saison 73 » de Nicolas Chevolleau : l’histoire d’une grossesse pas ordinaire, qui commence de façon logique et s’enfonce progressivement dans le loufoque en gardant toujours son ton sage et docte. On comprend assez vite qu’il y a du symbolisme là-dessous et on ne s’étonne guère de voir l’auteur le dédier à sa mère. Un texte étonnant et divergent, qu’il faut lire.
– « Éternité » : comment gérer un voyage interstellaire dont on ne connaît pas la destination, ni surtout quand on va l’atteindre ? Le sujet était intéressant, mais l’auteur se perd assez rapidement dans son histoire de psys et d’extra-terrestres qui m’a finalement laissé perplexe. Dommage.
– « Le rendez-vous » : mon Dieu que c’est mièvre. C’est quand même pas souvent qu’on réussit à voir « le cœur qui bat la chamade » et « les petits papillons dans le ventre » dans la même phrase.
– « Au bout du silence » : une bonne histoire qui traite un sujet peu abordé mais bien réel, à savoir l’isolement progressif des personnes âgées en perte d’audition… et surtout leur refus de l’admettre ! J’ai espéré jusqu’au bout que l’auteure prendrait le contrepied de la chute qu’on devine très (trop) rapidement. Hélas, non.
– « Avis de passage » de Émilie Trévalet : un texte touchant qui parle de la maladie chez une jeune patiente, de la difficulté du médecin à s’y faire, mais surtout d’une réalité assez bien connue mais peu évoquée dans la littérature, à savoir le traitement très dur et parfois inhumain auquel les internes sont parfois soumis par les tout puissants professeurs de médecine, ceux qui savent. Personnellement, je me serais contenté de la narration de l’interne, la narration secondaire alourdit inutilement le texte, et gâche même la chute.
– « Lundi matin » : très courte nouvelle dont le début éveille adroitement la curiosité… et puis patatras, je n’ai pas compris grand-chose à la fin.
– « Un minimum d’humanité » de Céline Saint-Charle : c’est la 2ème nouvelle que je lis de cette auteure, elle confirme son aisance et son style très affirmé. Dans cette dystopie « futur proche presque présent », elle évoque avec une certaine expertise un sujet assez peu abordé, à savoir la manière dont certains « médias » peu scrupuleux se font du pognon sur le web grâce au voyeurisme du quidam moyen. Petit bémol : je trouve qu’elle a un peu raté sa chute.

Chris Simon : à la découverte de nouveaux auteurs

Rien de plus fabuleux qu’un recueil de nouvelels ou textes courts pour se faire une idée d’un auteur et le découvrir. L’initiative est super, et c’est le 4e numéro que je lis de cette reve. Continuez !

Client d’Amazon : Très déçue !

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai mis énormément de temps à lire ce recueil… 🙁 je n’ai aimé que 4 nouvelles (Mobius, Les androïdes fantasment-ils…, Éternité et Avis de passage). Les autres m’ont paru soit redites, soit elles n’étaient tout simplement pas à mon goût.
Je ne vais pas dire pour autant que je n’ai pas du tout aimé dans l’ensemble, parce qu’il y a toujours une belle qualité d’écriture.
Peu importe, je trouverai mon compte au prochain recueil !

Céline B. : Un recueil très relevé

Encore une fois, une sélection de nouvelles épatantes, avec des sensibilités variées. Plein de nouveaux auteurs à découvrir et d’autres qui confirment leur talent. Mention spéciale pour la nouvelle de Bouffanges et ces androïdes !

J-S : Excellent

Encore une fois, le collectif de L’Indé Panda nous offre un recueil de qualité.
Décidément, les autoéditeurs sont pleins de ressources !

Mellectures : Immanquable

Ce qui frappe à la lecture de ce recueil c’est sa richesse et sa variété, il n’y a pas deux nouvelles qui se ressemblent. Chacune à son propre univers , ce qui les rend d’autant plus intéressantes.
À chaque changement de nouvelles et donc d’auteurs , on plonge dans une histoire étonnante et différente de la précédente.

Chaque lecteur peut y trouver son bonheur et j’ai moi-même adoré plusieurs nouvelles de ce recueil.

Celle qui me vient tout de suite à l’esprit c’est « Baume au coeur  » d’Iléana Métivier .
Cette nouvelle qui est férocement d’actualité touche forcément le lecteur car il le confronte à lui-même et à sa possible réaction face à une situation de harcèlement comme celle que vit l’héroïne de cette histoire.

Avec ce recueil j’ai aussi retrouvé la plume de deux auteures que j’aime beaucoup, Cindy Costes et Florence Clerfeuille.

La nouvelle de Cindy « Le rendez-vous » est une nouvelle plein de tendresse qui nous encourage à ne pas se fier aux apparences.

J’ai découvert Florence Clerfeuille lors de ma lecture de sa trilogie . Déjà à l’époque j’avais été saisie par l’humanité et la sensibilité qui se dégagent de ses textes . Et dans « Au bout du silence  » on retrouve tout cela.

Grâce à ce recueil j’ai aussi fait de supers découvertes. J’ai pu découvrir le style d’auteurs dont j’avais entendu parler mais dont je n’avais jamais eu l’occasion de lire un texte.

L’une de ces découvertes est Bouffanges.
Je suis tombée sous le charme de son histoire d’androïdes. Ce que ce texte sous-entend sur notre monde est particulièrement intéressant et saisissant .

J’ai aussi découvert la plume de Mélanie De Coster et je peux dire que j’ai adoré cette nouvelle qui elle aussi nous pousse à voir au-delà des apparences. Ce texte pose aussi beaucoup de questions à celui qui prend la peine de le découvrir.

Une autre nouvelle qui nous pousse à nous interroger sur nous mêmes c’est « Un minimum d’humanité » de Céline Saint-Charle , critique acerbe de notre société et de notre perte d’humanité.

Comme vous pouvez le constater à l’évocation de ces six nouvelles , ce recueil ne manque pas de susciter chez le lecteur des sentiments différents, certaines nous émeuvent, d’autres nous révoltent , d’autres encore nous interrogent sur notre société ou sur nous-mêmes.
Incontestablement, chacune d’entre elles provoquent quelque chose.

Ces six nouvelles sont celles qui m’ont le plus interpellées et donc celles que j’ai voulu mettre en avant ici .
Mais les douze nouvelles qui composent ce webzine méritent largement que l’on prenne la peine de les lire et de découvrir des auteurs que l’on a pas l’occasion de lire habituellement.
Je peux d’ores et déjà vous dire que je vais bientôt partir à la découverte des autres textes de certains auteurs , tels qu’il Iléana Métivier, Bouffanges, Cindy Costes et Melanie De Coster.

De plus je rajouterai que ce recueil étant gratuit, il n’y a aucune raison de se priver d’une très bonne découverte livresque.

Pour ma part, j’attends le prochain numéro avec une grande impatience.

LU : un beau cadeau !

Première fois que je tente l’expérience « Indé Panda » et ce n’est certainement pas la dernière!
Entièrement gratuit, ce recueil de nouvelles ciselées par des plumes issues de l’auto-édition balaie tous les genres et offre un bel aperçu des talents que l’on peut y trouver.
À déguster peu à peu….

Client d’Amazon : une belle découverte

C’est ma première rencontre avec l’Indé Panda et je dois dire que je ne suis pas déçu ! Un grand merci au choix du comité de lecture.
Les textes sont superbes, des histoires étonnantes, prenantes, émouvantes, Des plumes admirables.
Maintenant, mon problème va être de savoir par quel livre de ses merveilleux et merveilleuses auteurs vais-je commencer ?
Vous avez compris, je recommande grandement ce recueil.
Ps. Ne pas sortir le 5 trop vite pour me laisser le temps de lire les œuvres des auteurs du 4. Merci.

Kiraya : Géant !

Un grand merci à tout l’equipe de l’Indé Panda pour ce super travail et cette volonté de vouloir toujours faire plaisir à ses lecteurs !

Mesokee : Je ne m’en lasse pas

Encore un véritable moment de plaisir à la lecture de ce 4eme numéro d’Indé Panda.
Ces petites nouvelles se savourent comme autant de petites douceurs.
J’aime particulièrement le fait de ne pas savoir à quoi m’attendre à chaque nouvelle que je débute et je suis toujours agréablement surprise par la fin que souvent je n’avais pas vu venir… je suis toujours époustouflée par le talent et l’imagination des auteurs.

Merci aux auteurs et à l’équipe d’Indé Panda ! J’attends le n° 5 avec impatience !

Nisa lectures : J’A-DO-RE

J’avais adoré les numéros précédents, alors bien évidemment, dès sa sortie gratuite, j’ai téléchargé le petit dernier.

Khalysta Farall boucle une année de sélection avec une sublime nouvelle, très dure mais parfaitement écrite : Möbius. On comprend pourquoi elle est sélectionnée à chaque fois. Et toujours elle me surprend. Elle va là où on ne l’attend pas. Je suis tellement charmée que je pense acheter son one-shot : Le vaisseau du Cristal. Ce n’est pas mon genre de prédilection mais j’ai envie de la découvrir sur un écrit plus long.

Les androïdes fantasment-ils d’orgasmes électriques ? de Bouffanges est mon gros coup de cœur de ce numéro. J’ai adoré ces personnages qui se passent presque le fil de l’histoire. Ça commence comme un porno et on en ressort bluffé par l’intelligence de l’auteur.

Encore une histoire de princesse (dans le n°2, j’ai eu un coup de foudre pour L’Aurore du rocck and roll’ de Selma Bodwinger) avec La Princesse P. 125, c’est frais et touchant. Une très jolie petite histoire à découvrir.

Baume au cœur d’Iléana Métivier m’a beaucoup touchée, j’ai été des deux côtés, celui de la victime et celui qui ferme les yeux par peur. Si on s’entraidait, ça irait tellement mieux…

J’ai un grand plaisir à retrouver Florence Clerfeuille (dont j’avais dévoré la saga familiale), avec une histoire belle et touchante. Cette auteure touche toujours juste avec moi.

Céline Saint Charle et Mélanie De Coster nous livrent des portraits de l’humanités qui font froid dans le dos avec beaucoup de justesse. Des histoires qui interpellent.

Encore une fois, je ne peux pas rentrer dans le détail pour toutes ces nouvelles mais j’ai passé un excellent moment et ma PAL a encore augmenté (ou va le faire très vite ^^).

C’est toujours gratuit, toujours aussi savoureux. Vivement le prochain !

Aurelalala : Conquise !

Comme d’habitude, merci de nous proposer gratuitement des nouvelles afin de découvrir de nouvelles plumes.

– Möbius, Khalysta Farall: une nouvelle intéressante malgré le contenu assez sombre.

– Le sourieur, Valéry Bonneau: la chute est superbe.

– Les androïdes fantasment-ils d’orgasmes électriques? , Bouffanges: Je suis tombée de haut en lisant cette nouvelle, je ne m’attendais pas à un départ aussi osé. Cependant, elle est dans mon TOP pour ce numéro de L’Indé Panda. J’ai adoré la partie concernant Helen.

– La Princesse P.125, Françoise Blanchard: Une jolie nouvelle pour un conte.

– Baume au cœur, Iléana Métivier: Charmée par l’histoire. Elle est dans mon TOP!

– Fleur des pois, saison 73, Nicolas Chevolleau: J’ai eu besoin d’un petit temps d’adaptation sur ce texte qui m’a laissé un moment perplexe. Pourtant, j’ai su l’apprécier.

– Éternité, Lawrence Singclear: J’ai trouvé que c’était trop bref. Je suis restée sur ma faim. Le thème était sympa!

– Le Rendez-Vous, Cindy Costes: Elle figure aussi dans mon TOP pour ce numéro. Avec peu de mots, Cindy nous vend une nouvelle sympathique qui m’a surprise.

– Au bout du silence, Florence Clerfeuille: J’ai trouvé la fin sublime.

– Avis de passage, Emilie Trévalet: J’ai autant aimé que détesté ce texte. Mon cœur a souffert!

– Lundi matin, Mélanie De Coster: une façon intéressante d’aborder le quotidien…

– Un minimum d’humanité, Céline Saint Charle: Herbert et son Grand Projet, une probable réalité qui a de quoi inquiéter.

Je me suis régalée en lisant ce recueil. Je vais aussi pouvoir me lancer pour lire certains auteurs que j’ai dans ma PAL. Ou en ajouter d’autres.

Anne Bardelli : une belle brochette de nouvelles !

Encore de belles découvertes dans ce numéro.
Éclectique, il y en a pour tous les goûts. De jolis moments d’émotion, comme avec le sourieur, des histoires sombres ou légères.
Des auteurs à découvrir si ce n’est déjà fait !

ordinateur : Encore une réussite !!!

Bravo à l’équipe de l’IndéPanda pour avoir, à nouveau, réussi à nous proposer des textes de grande qualité, vraiment éclectiques, qui m’ont permis de découvrir de nouveaux auteurs.

J’ai aimé toutes ces nouvelles, mais avec une préférence tout de même pour « Le sourieur » et « la princesse p. 125 », qui m’ont vraiment charmée par leur originalité et leur univers.
Mention spéciale à bouffanges qui, avec son « Les androïdes… etc » m’a autant choquée que fait sourire vu la justesse du propos. J’ai acheté presque tous ses livres depuis que je l’ai découvert via l’indépanda (sauf celui sur les Zombies car ce n’est pas du tout mon truc) et je n’ai jamais été déçue.
J’ai aussi été très touchée par les nouvelles de Cindy Costes, Florence Clerfeuille et Céline Saint Charle dont j’avais déjà apprécié la plume.

Bref, un beau numéro, que je conseille vraiment !

 


 

Du côté du recueil Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue :

Amazon

Client d’Amazon : Une très belle cause !

J’ai été très heureuse d’avoir pu découvrir ce recueil, ces 17 nouvelles et ces nombreuses plumes. C’est une très belle cause !
Toutes ces histoires, qui sont présentes dans ce recueil, ont plusieurs buts et sont réalistes.
Je me suis retrouvée confronter à la réalité de la vie, de la rue. Les auteurs nous font découvrir plusieurs formes de harcèlement.
Dans l’ensemble, les nouvelles sont : touchantes, dures, fortes, mais au plus juste. C’est la vérité vraie, sans artifices. C’est des textes forts, des expériences auxquelles on a tous et toutes un jour dû faire face.
On se rend compte aussi que l’on peut être autant victime que bourreau.
Est-ce qu’ils nous arrivent de nous moquer des personnes que nous rencontrons ?
Certaines histoires n’étaient pas faciles à lire. Tout ça m’a beaucoup fait réfléchir aux comportements que nous pouvons avoir dans notre vie de tous les jours.
Est-ce que nous aussi nous continuons à passer notre chemin lorsque nous sommes témoins d’un harcèlement ?
Ne pas s’arrêter et fermer les yeux, est-ce la bonne attitude à avoir ?
Extrait de la nouvelle « Baume au cœur » : Nous ne sommes pas fait pour regarder l’agression d’un être vivant. Nous sommes faits pour nous entraider.
Ce recueil est là pour éveiller les consciences, nous faire voir qu’une attitude qu’on pourrait en temps normal qualifier de « banale » est en vérité un harcèlement. Que ça soit « une agression verbale ou physique », « se moquer de quelqu’un », « faire une remarque déplacée sur autrui »… C’est du harcèlement !
Pour la personne qui le fait ça peut sembler « inoffensif », mais pour la personne qui le subie, cela peut être « destructeur ».
Rejeter quelqu’un parce qu’il est « différent », parce qu’il « aime une personne du même sexe », ce n’est pas la bonne attitude à avoir.
Dans notre quotidien, on voit de plus en plus des actes de ce type et nous devons nous battre contre ça.
Dans l’adversité, nous devons être solidaires et ne pas baisser les yeux vers le sol.
Cette phrase dans le texte d’Iléana Métivier est juste parfaite : « À plusieurs, on est plus fort ».
Je peux vous dire que dès la première nouvelle, j’ai été chamboulée et jusqu’à la dernière ligne, j’ai eu le cœur serré.
J’ai beaucoup aimé la nouvelle « Baume au cœur », j’ai adoré « Affamé », j’ai été très touchée par, « C’était une mauvaise mère ». « Une fille pour un soir » est une nouvelle très prenante et montre à quel point les préjugés sont présents. Ce n’est pas parce qu’une fille porte une jupe ou un tricot avec un décolleté que ça fait d’elle une allumeuse. Ce n’est pas non plus une invitation pour se faire peloter. Une femme n’est pas un morceau de viande !
« Quatre fois maudit-e » est un texte très fort. Puis, enfin, la dernière « Ninja » est très dure.
Toutes apportent une pierre à l’édifice et nous montre à quoi et à qui nous pouvons être confrontés.
Je vous conseille vivement de découvrir ce roman !

 

L’instant des lecteurs : Une boîte de chocolats

Comme une petite boite de chocolat, en effet, toutes aussi différentes les unes des autres, embarquez dans dix-sept nouvelles…

Mon Cher Lecteur, Ma Chère Lectrice, voici une petite boite de dix-sept chocolats. Tous ont un goût différent, mais tous sont des chocolats ! Oui, nous sommes là pour parler de harcèlement ! Oui, nous en croisons de temps à autres, beaucoup plus dans les grandes villes, mais le harcèlement est partout. Toutes ces nouvelles ont en commun le harcèlement ou l’intimidation.

Dans un monde de plus en plus individualiste, il est de bon aloi de rappeler qu’il suffit parfois de s’entraider, de se serrer les coudes et de regarder autour de soi, nous ne sommes pas seul. Chacun à notre niveau, nous pouvons faire bouger les choses. Chacun à notre tour, nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice contre ce fléau.

Revenons sur la définition du harcèlement, Mon Cher Lecteur, Ma Chère Lectrice, si vous le voulez bien… Harceler, signifie soumettre sans répit à de petites attaques. Et l’intimidation ? Faire peur à quelqu’un. Alors oui, en effet, parfois ce n’est, à première vue, pas forcément bien méchant, mais peu importe, j’ai envie de dire !!!! C’est intrusif ! Ça peut être violent pour la personne qui subit ces attaques. Ça peut faire peur, déstabiliser et une fois que le schéma bourreau/victime se met en place, la violence psychologique est déjà à un stade trop avancé !

Ces courtes nouvelles nous replacent dans le contexte. Que ce soit pour n’importe quelle raison, ou tout simplement, parce qu’on est différent des autres. Parce qu’on est une fille, parce qu’on est un homme, parce qu’on est de race différente, de nationalité autre que la personne en face de nous, parce qu’on est gros, mince, petit, grand, homosexuel, transsexuel, transgenre, hétérosexuel. Ou bien parce que nous sommes considéré par nos semblables, comme bien plus piètre qu’eux, bon à rien alors ils se permettent de nous insulter, de nous harceler, de nous intimider. STOP ! Mais qui sont-ils pour ce croire mieux, meilleurs ?

Stop ? Oui, stop ! Mais comment ? Certaines nouvelles dans ce recueil redonnent l’espoir. L’espoir que ce STOP prenne vie. Chacun, nous pouvons, comme je le notais tout à l’heure, apporter notre pierre à l’édifice. A notre petit niveau, celui d’être humain, celui qui regarde et qui peut agir. Pas forcément en faisant de grande action comme jouer à Superman par exemple ou à Batman ou (Arf, il m’en manque un troisième… Ah non, ça y est, je l’ai) Spiderman. Non, il suffit parfois de se rapprocher d’une personne, de faire le nombre, de la soutenir.

Nos auteurs autoédités ont eu un geste magnifique en regroupant dans ce livre, leurs nouvelles. Ils s’y sont mis en nombre 😊pour notre plus grand plaisir. Alors Ma Chère Lectrice, Mon Cher Lecteur, vous croiserez certainement dans ce livre, comme moi, la colère, le désespoir, l’incompréhension, l’appréhension. Mais vous trouverez également l’espoir.
Chacun dévoile une plume différente et vraiment sympa. Certaines plus puissantes, d’autres plus brutes, ou encore plus majestueuses. Mais ne vous y trompez pas. Chacun à son niveau à su mettre à profit sa plume au service de cette dénonciation, de ce fléau que nous n’arrivons pas à endiguer.

J’ai vécu dans ce recueil, beaucoup d’émotions. Alors, en effet, comme d’habitude, (je ne peux pas m’en empêcher, je reste franche et moi !!!) il y en a que j’ai moins apprécié que d’autres, mais peu importe. C’est le geste qui est beau. C’est l’écriture et le fait de faire passer le mot. Celui de l’espoir, celui de la mise à jour de certaines pratiques. De faire prendre conscience à tous de ce qu’est le harcèlement, de ce qu’est l’intimidation. Nous sommes tous différents et prenons tous et toutes les choses différemment.

Ce recueil est un cri de douleur, un cri de peine, mais aussi un cri d’espoir. Il ne faut rien lâcher et faire tourner ce livre. Il serait souhaitable qu’il soit lu et considéré par le plus grand nombre. Nous avons tous, dans notre entourage, on bien nous-mêmes, vécu une situation semblable. Alors il faut que ça s’arrête. Il faut pouvoir prendre la boite de chocolat et dire stop. Non.

Ma Chère Lectrice, Mon Cher Lecteur, je vous recommande vraiment ce recueil. Pour ce qu’il est, ce qu’il représente. Ne tombons pas dans les clichés, non, non, ce n’est pas ça. Ce sont juste des petits morceaux de vies qui peuvent arriver à chacun(e) de nous. Et en plus, les plumes sont fluides et envoûtantes 😉

 

Mille et une pages de L et M : très bon roman.

Le commentaire de Lynda :

Le harcèlement, sous différentes formes se retrouve dans ce recueil de nouvelles d’auteurs auto-édités qui se sont mobilisés contre le harcèlement de rue.
Je suis passé par toute la gamme des émotions avec cette lecture, bien souvent de la colère, mais aussi de l’incompréhension face à certains comportements, de la tristesse également, de la révolte face à l’indifférence (si on peut appeler comme ça) des gens, témoins de ce harcèlement.
Harcèlement ou intimidation, pour toutes sortes de raisons, parce que tout simplement, on est différents des autres. Parce qu’on est une fille, à cause de sa race, de sa nationalité, parce qu’on est gros, petit, grand, maigre ou encore à cause de son orientation sexuelle. Ou bien tout simplement parce que des personnes, hommes et femmes se croient meilleurs et au-dessus de tout, qu’ils se permettent de vous insulter, de vous harceler, de vous intimider.
Ce recueil m’a bouleversé, mais aussi à cause de la réaction de certaines personnes dans quelques-unes de ces nouvelles, elle m’a aussi donné l’espoir que oui, c’est encore possible d’arrêter ce harcèlement.
Certaines histoires m’ont touchés plus qu’autres, entre autres, Baume au cœur de Iléana Métivier et Une fille pour un soir d’Élie Crapson, mais toutes sans exception vous apportent un message, vous apportent une variante dans le harcèlement et l’intimidation.
Je ne peux que vous conseiller cette lecture, pas facile, je vous le concède, mais que tout le monde devrait lire, de l’adolescent à l’adulte, cette lecture est pour tous !
Bravo à ce collectif d’auteurs, qui ont mis le doigt sur un énorme problème de notre société, et tout comme eux, je crois que c’est en parlant de cette chose que l’on peut faire une différence !

 

Client d’Amazon : sensiblement bon

une belle découverte de sensibilités

 

Catherine : Et vous ? Allez-vous vous mobiliser à lire ces nouvelles ?

Dix sept nouvelles abordant un thème différent sur le harcèlement de rue.

1. Baume au cœur – Iléana Métivier

Dans un bus, un homme commence commence à regarder de haut en bas une femme. Cela indispose cette dernière et elle lui indique qu’elle n’est pas un bout de viande. Sa réponse ? Elle est un bon petit pain bien chaud qu’il a envie de fourrer. La classe !!! Songe que les femmes subissent beaucoup de choses notamment l’instrumentalisation de leurs corps à chaque instant (pub, télévision,…). Mais le gros conn*** ne va pas s’arrêter là.

A votre avis, les passagers vont-ils faire comme les trois singes (je ne vois rien, je n’entends rien, je ne dis rien) ou y aura t il un ou plusieurs passagers à (enfin) réagir ?!

2. Une fille pour un soir – Sam Castel

Amaury arrive chez ses parents pour récupérer quelques affaires avant de partir pour l’anniversaire d’un pote. Peu après, Héloïse (sa sœur avec un écart de 10 ans) revient du lycée. Elle a les yeux rouges car elle n’en peux plus d’entendre que des gars l’interpellent comme une allumeuse alors qu’elle s’habille simplement. Amaury ne la prend pas au sérieux. Puis, il lui à l’idée d’emprunter la carte bleue de son frère pour lui acheter son déguisement : talons, perruque, collants, robe, mascara et rouge à lèvres. Elle le met au défi de marcher dans cette tenue dans toute la ville et qu’il comprenne la malaise ressenti par les femmes. Est ce cette expérience va fonctionner ? Les hommes vont ils se méprendre ? Comment Amaury va il réagir face aux réactions des autres hommes ?! Une nouvelle intéressante.

3. Table ronde – Élie Crapson

Cette nouvelle dirige la lumière vers un groupe de harcelés anonymes. Ces entrevues ont pour but de suggérer le dialogue, le partage dans un objectif thérapeutique. Chaque participant s’exprime sur son expérience malheureuse. Cela est désolant de les entendre et de voir qu’il y a autant de négatif dans les actions des harceleurs.

4. Tous solidaires – Charlotte Blanchard

Camille et Jade, un couple amoureux et marié. Elles ont passés un bon moment au restaurant mais se font alpaguer par des homophobes. Comment ? En autre, en leur proposant de leur faire goûter à un vrai homme. Elles croisent aussi un jeune dealer pas très avenant. Camille, peu habituée à un environnement hostile sera poursuivie, les jours suivants, par les mêmes crétins. Comment cette nouvelle va t elle se finir ? Parfois, il ne faut pas se fier aux apparences.

5. No smile – Matilda Milliau

Quand Amanda se fait insulter par un homme, charmant aux premiers abords, cela la laisse dans la réflexion et l’analyse des différents harcèlement de rue.

6. Je n’ai pas passé une bonne semaine – Fanny Méplomb

Un lundi, nous rejoignons un lycéen sur le chemin de son établissement. En cours de route, il croise un SDF avec lequel il a l’habitude de discuter, lui donne quelques pièces ou des barres de céréales. Le malheureux se fait bousculer par un costard trois pièces. Le jeune est hors de lui mais le SDF lui dit qu’il s’est habitué à cette situation d’invisibilité. Puis, la semaine passe avec son lot de mésaventure chaque jour.

7. Comédie réussie – Natalia Vikhalevsky

Violetta et Romain, frère et soeur avec une différence d’âge de dix ans, vivent sous le même toit. Des parents loin d’être idéal (père absent et mère alcoolique). Elle traite son frère comme ses élèves en le réveillant le matin. Il travaille dans un centre pour adolescents en difficulté et il va lui arriver quelque chose de pas commun en lien avec son boulot.

8. En colère – S.N. Lemoing

Quand Samia, 21 ans et un BTS marketing en poche, rejoint des amis dans un bar à thème (jeux vidéos), elle ne s’attend pas à recevoir les assauts lourdingues de Bastien, un des gars du groupe. Elle n’aime pas se faire manipuler par les mecs voulant, à tout prix, arriver à leurs fins malveillantes. Mais il n’y a pas que ça car elle cherche un travail et ce sera un chemin de croix.

9. Une journée banale – Laura Pierre-Joseph

Cette journée débute par la fin avec un homme bien insultant envers les femmes puis s’effondre sur le bitume, dû à une ivresse sacrément avancée.

La journée se met au aurore pour que le lecteur la suive au travers de Marc et Lola, en alternance. Deux personnages différents de par leur sexe et aux antipodes de leur vies professionnelles et personnelles. Ils vont se croiser et cela peut être explosif.

10. Le bar de l’angoisse – Joëlle Laurencin

La serveuse n’en peux plus de ce client aux regards incessants, aux propos sexistes et à l’attitude adoptée, comme si elle n’était qu’un morceau de viande. A chaque fin de service, elle a une boule au ventre car, tous les soirs, à la même table, avec la même commande, son attention malsaine vers elle. Un soir, le bar est presque vide et ce client lui chuchote des mots glaçants, insultants et pire que tout comme, par exemple : je vais te niquer comme personne, consentante ou pas. La suite est juste ……..

11. Entrez dans la ronde – Guillaume Marin

C’est une nouvelle commençant et se terminant avec Hakim où chaque harcelé se plaint de son état mais est, en même temps, un harceleur (homme et femme). C’est presque un cercle sans fin où le lecteur peut se demander comment chacun peut être les deux à la fois. A priori, l’un n’empêche pas l’autre. Elle laisse à réfléchir.

12. Même pas peur – Alexandra Estiot

Une femme (centenaire) sidérée d’entendre les témoignages de femmes victimes de harcèlements diverses et variés, que le consentement est discutable,… Pendant sa famille lui prépare une fête, elle se promène tout en se remémorant sa vie protégée de ce type d’actions car elle a grandit dans une bulle protectrice.

13. Affamé – Lætitia Mahy

Un jeune guette sa voisine et n’hésite pas à la suivre. Il sait qu’elle se sent suivie et cela l’amuse. Tout deux sont dans le même lycée. Nous avons tout à tour leurs impressions face à cette situation. Puis, ils ont un cours en commun qui va changer le cours de leurs vies.

Très intéressant.

14. Panique – Carine Petit

Pauline loue un studio sous les toits de Paris. Le fait d’être assistante de direction dans une entreprise de téléphonie « l’incite » à faire attention à sa garde robe. Elle se croit être un aimant à problèmes, dû aux regards libidineux de ses collègues, des clients et des inconnus dans la rue, transports en commun,…… Les comportements des hommes la gênent mais aussi que personne ne réagissent contre ça, comme si c’était normal. Comment enlever cette panique chez elle ?

15. C’était une mauvaise mère – DeathCodeValid

Le début et la fin concerne une mère qui lit un journal intime.

Le milieu de l’histoire concerne Félix, un lycéen, avec des amis bienveillants, un petit ami amoureux et adorable répondant au doux nom d’Adrien. Autant le premier a un manque de confiance en lui, plutôt pas mal physiquement ; autant, le deuxième est un beau gosse et est mannequin, en plus de suivre des études supérieurs.

Par contre, je n’ai pas compris l’ensemble, le lien que peut unir les deux partie de la nouvelle (une mère , d’un côté et les autres personnages, d’un autre côté).

Dommage pour moi, je n’ai pas vu où l’auteur voulait emmener le lecteur.

16. Quatre fois maudit-e – Élie Bouët

Une adolescente mal dans sa peau, alternant plusieurs phases (heureuse / malheureuse, boulimie / alimentation normale, ….). Elle subit plusieurs types d’humiliation et d’harcèlement. C’est quelqu’un qui a du mal à se définir, en se cherchant sans cesse et, pour le coup, je me suis perdue dans cette quête d’identité. Je n’ai pas su où voulais en venir l’auteur.

17. Ninja – Marlie Miller

L’héroïne est assistante chef de produit depuis trois mois. Son but : devenir cheffe de produit pour créer des produits qui se retrouveront dans les rayons puis dans le frigo des consommateurs.

Le travail lui convient mais il y a un hic :

– le grand patron est très tactile avec les collaborateurs,

– un collègue est particulier en ne parlant pas (pourtant, il n’est pas muet). C’est lassant et usant de lui tirer les vers du nez pour qu’il réponde le minimum syndical pour le boulot,

– son chef direct est à la limite de la perversité avec ses propositions déplacées.

Quand elle se retrouve seule dans le parking, elle subira quelque chose d’ignoble. Les soupçons se pose sur deux des trois cités plus haut. Est ce l’un des deux ?! Si oui, pourquoi ?! Comment s’en sortira t elle ?! Morte ou vivante (et avec quelles séquelles) ?

Dix sept nouvelles écrites pour

– faire réagir d’une manière ou d’une autre,

– faire réfléchir sur le harcèlement de rue et le harcèlement en général car il se présente sous différentes formes),

– essayer de faire changer les mentalités,

-ne plus faire les trois singes (ne pas regarder, ne pas écouter, ne rien dire),

– ne pas / plus avoir peur de réagir quand nous sommes témoins d’un harcèlement,

-……….

Je trouve que c’est une belle initiative venant de ces dix sept auteurs.

En effet, il est important que chacun prennent réellement conscience que le harcèlement n’est pas normal et qu’il est important de réagir quand nous sommes témoins d’une telle scène.

Certains titres sont en vert, d’autres non. Pourquoi ?

Chaque nouvelle m’a interpellée et fait réfléchir mais celles dont le titre est en vert, un peu plus que les autres.

Et vous ? Allez vous vous mobiliser à lire ces nouvelles ?

 

Client d’Amazon : réussi

Des histoires fortes et bien écrites.

 

Solange Marie : Harcèlement de rues

J’ai lu toutes ces nouvelles avec attention et empathie pour toutes ces femmes ou hommes victimes de ce genre de harcèlement. Toutes méritent mes félicitations avec une petite préférence pour la nouvelle de Joëlle Laurencin : LE BAR DE L’ANGOISSE.. 😊Bravo Joëlle, j’ai beaucoup aimé.. Toutes ces nouvelles méritent 5 étoiles…

 

Client d’Amazon : Harcèlement…

Cela peut prendre plusieurs formes, un simple regard appuyé, des gestes et paroles déplacés, frottage dans le métro, jusqu’au pire tentative de viol, chaque auteur aborde à sa façon ce sujet délicat, bravo pour cette belle initiative mais faudrait que les « harceleurs » le lisent aussi, mais ils s’en rendent même pas compte !!! j’ai été particulièrement touchée par « c’était une mauvaise mère », j’en ai eu les larmes aux yeux…

Précédent

Bilan – janvier et février 2019

Suivant

Petit mot – avril 2019

  1. Emilie Trévalet

    « Baume au cœur » m’a beaucoup plu tant au niveau de la forme que du fond. La morale de l’histoire fait toute la force de la nouvelle d’Iléana :
    « Nous ne sommes pas faits pour regarder l’agression d’un être vivant. Nous sommes faits pour nous entraider. »
    Ces mots sonnent à notre oreille telle une devise universelle. Attention, vigilance, bienveillance envers les autres, des qualités qui nourrissent le creuset du bonheur humain tant au niveau personnel que de la société toute entière…
    Alors à bientôt pour la sortie de « l’ÉVEIL », nous sommes impatients !
    Félicitations Iléana
    Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén